Le capitaine Hemel

Narrez l'histoire de votre personnage
Répondre
Avatar du membre
Viraden
Messages : 2
Enregistré le : ven. 20 juil. 2018 04:09

Le capitaine Hemel

Message par Viraden » lun. 23 juil. 2018 00:39

Chapitre I : La vie c’est comme un navire, il faut oser sortir du port pour naviguer

[Extraits du journal de bord du Capitaine Hemel]

Jour 1 :
Mon ancien capitaine et meilleur ami, Bijlar le fourbe m’a dit de tenir un carnet de bord tous les jours où je serai dans mon navire, ce jour étant arrivé, je vais essayer de m’appliquer à cette tâche. Apparemment ça fait vivre la légende… On verra si j’arrive à le tenir ce carnet…
Au ptit pecno d’écrivain qui décidera d’écrire un livre sur ma légende saches que tu tiens dans tes ptites mimines toutes douces de bébés le carnet de bord de l’unique et inimitable Grand pirate Hemel, capitaine du Geais Rouge, un brick tout neuf que jviens de m’acheter ! On est quatorze pirates dessus et crois moi dès qu’on aura levée cette foutue ancre ! Tu entendras parler de nous longtemps et tu seras mort depuis longtemps quand l’on taira notre gloire !
Maintenant que j’ai mon bâtiment, on va pouvoir viser bien plus grand avec Luna, la capitaine du Constellation, un brick plus costaud que le miens mais plus lent, sur lequel on peut stocker beaucoup de tonneaux ou d’or ! Et aussi Bijlar le fourbe, un ami de longue date, j’ai commencé sur son premier bateau moi ! Le Ranger ! C’était un ptit rafiot mais tout pirate commence petit ! Et maintenant il a un Brick Goélette ! Le Coeur-de-Loup qu’il s’appelle et jamais il n’a été rattrapé tellement qu’il est rapide ! J’étais son second jusqu’à ce que je devienne assez riche pour avoir mon beau bâtiment !
Maintenant... Tout est prêt ! J’attend avec impatience l’aube qui me permettra d’enfin lever cette foutue ancre et devenir le seigneur des mers que l’enfant de putain abandonné à la naissance que je suis, à toujours rêvé d’être !

Jour 42 :
Le soleil nous est enfin apparu bordel ! V’la trois jours qu’on voit pas le bout de notre nez ! L’équipage semble aussi ravi que moi et l’activité reprend sur le pont ! Ils sont jeunes pour la plupart mais c’est des bons gars ! J’irai loin avec eux ! Thomas, mon quartier-maître me seconde bien et nous avons réussi notre première attaque ce matin ! D’une certaine façon, le fait qu’on y voyait comme un four nous a aidé puis ce que nous nous sommes retrouvés à côté d’un ptit rafiot transportant quelques tapisseries ! Ce n’est pas un trésor extraordinaire mais c’est le premier et donc c’est un bon début !
Bijlar pense que mes hommes n'auront pas besoin de beaucoup d’entrainement sur des ptits bateaux avant de pouvoir passer à des cibles bien plus imposantes !

Jour 124 :
Nous commençons déjà à avoir une réputation dans les ports ! Voilà quelque chose qui fait plaisir à mon âme de pirate ! Les trois Marlins qu’on nous appelle ! Les marlins c’est des poissons pouvant aller jusqu’à 60 noeuds apparement ! Du coup, les trois Marlins parce qu’on a pas le temps de nous voir que le bateau attaqué est déjà conquis ! Voilà ce que je suis venu chercher dans la piraterie : De l’or et la gloire ! Et pour le moment, tout est réunis pour les accroire ! Aujourd’hui, à la baleine saoul, la fameuse taverne de Port Salago, connue pour son Rhum et ses femmes, nous avons profité pour parler avec Luna et Bijlar. Nous allons pouvoir nous mettre à attaquer des bricks de marchandise ! Voilà une bonne nouvelle qui ravira les hommes et leurs coffres !

Chapitre II : Un abordage fait toujours le bonheur des uns et le malheur des autres

La nuit commençait à tomber, la lune était à son premier quartier et éclairait doucement les marins du Soleil Bleu qui jouaient aux cartes sur le pont. La mer était plutôt calme et seule une légère brise caressait les nombreuses voiles du brigantin.

Pourtant… A un demi miles de ce beau bateau chargé d’or et de minerais se trouvait trois bateaux eux mêmes chargés de pirates plus que prêt à se battre pour s’en mettre plein les poches…
La stratégie était simple et depuis de nombreuses années maintenant, les trois capitaines l'exécutait à la perfection. Les trois pavillons noir et blanc étaient fièrement hissés en haut des grands mâts et semblaient offrir un grand sourire à chaque pirate les regardant.
Hemel épia une dernière fois à l’aide de sa longue vue le paisible bateau face à eux puis siffla un coup indiquant qu’il était prêt, rapidement suivi par les deux autres commandants. Luna sortit ses voiles dehors et l’équipage commença à ramer de toutes ses forces. A ses côtés, Le Geais rouge et Le Coeur-de-loup voguaient visant chacun un flanc de leur cible.
Le Constellation prenait de plus en plus de vitesse et s’approcha rapidement de sa cible… Sa proue brillait sombrement aux éclats lunaires indiquant qu’elle était renforcée de métal.
Quelques lanternes commencèrent à osciller légèrement sur le Soleil Bleu et durant une seconde, peut-être deux… Tout sembla… silencieux… Il n’y avait aucun bruit… Pas un rire d’un marin… Ni même le clapotis d’une vague sur un bastingage… Puis… Sortant ce monde silencieux de sa torpeur, Le Constellation s’écrasa sur la poupe du brigantin dans un fracas effroyable ! Ensuite, d’un ton tout aussi effrayant, les pirates hurlèrent tout en lançant des grappins vers le pont de leur proie…
YAAAAAARRRRRHH
Des pirates ! Tous à vos armes ! Tout le monde sur le pont ! Défendez le nav…. gargggllllll
Cria un marin avant de se faire égorger par un assaillant.
Le bâtiment de Luna avait détruit entièrement le gouvernail du vaisseau de marchandise et son arrière était complètement éventré, les deux autres navires étaient quant à eux tous deux solidement arrimés de chaque côtés de leur conquête. Bijlar se lança d’une corde sur le pont ennemi, deux courtes épées en main. Hemel déjà sur le pont ennemi agitait son long sabre tandis que dans son autre main, il tenait un fouet en cuir noir.
Quelques pirates se dépêchèrent de lancer des bouteilles enflammées sur les voiles afin d’anéantir tout espoir de fuite au vaisseau attaqué.
Après quelques secondes d’abordage, la bataille fut lancée, les marins arrivèrent armés d’épées. Même depuis les abysses, les violents tintements de chocs de lames et les rugissements de la bataille se faisaient entendre. De nombreux marins se faisaient transpercer ou égorger par les pillards entraînés depuis des années. Le pont devenait glissant tellement il était maculé de sang et de membres.... La bataille faisait rage quand soudain, le capitaine sortit de sa cabine dans son beau costume de cérémonie ayant une épée bâtarde en main et hurla pour demander un combat loyal contre un des capitaines. Hemel regarda rapidement Bijlar, occupé à ôter la vie d’un marin découragé avant de le pousser à l’eau. Il chercha ensuite du regard Luna qui elle, décapita un homme deux fois plus grand qu’elle, d’un coup de hache bien placé. Voyant ses camarades occupés, le capitaine du Geais Rouge s’avança , dégageant d’un coup de pied un bras abandonné par son propriétaire sur le pont.
Approche toi matelot ! Et montre moi si en plus d’avoir de l’or, t’as quelques chose entre les jambes ! Dit Hemel, frappant son fouet au sol produisant un claquement aigu.
Maudit sois tu pirate ! Je te souhaite d’aller au diable et de mourir étouffé par ton arrogance ! Répondit son adversaire, crachant au sol.
Décidément, l’enfer doit en avoir marre d’avoir des réservations pour moi tous les deux jours !
Sur ces paroles, le capitaine endimanché courra vers sa cible, arme au clair et se fit violemment arrêté par un coup de fouet sur la joue.
Pas si vite mon joli, on s’est pas encore amusé ! Dit le pirate ayant la lueur de ses yeux dansant au grès des flammes de son sabre.
Vas crever ordure !
Le combat ne dura pas très longtemps, Hemel s’amusant de son fouet, lacérant complètement sa cible harassée et haletante. Une fois que le marchand tomba à genoux, le capitaine pirate s’approcha et le transperça de sa lame. Après avoir rapidement regardé autour de lui il cria a l’intention de ses tous ses camarades.
Mes amis ! Il est temps de remplir nos cales !
YAAAAARRRRHHHH ! Répondirent les pirates en coeur avant de descendre prenant soin d’achever chaque marin encore vivant.
Le chargement fut assez rapide quoique fastidieux, tous les pirates firent une chaîne passant de mains en mains les lourds lingots et les coffrets remplis de richesses.
Quand les trois vaisseaux partirent, il ne restait derrière eux qu’un vulgaire radeau fumant et une mer ensanglantée.

Chapitre III : On peut avoir tout l’or du monde, rien ne remplace le baiser d’une femme

[Extraits du journal de bord du Capitaine Hemel]

Jour 1265 :
Quel bonheur de retrouver la terre ferme pour plus d’une journée. Nous avons décidés de rester deux semaines à Port Salago afin de laisser souffler les hommes et leur laisser le temps d’utiliser leur or durement gagné ! Pour ma part jvais faire comme eux… Voilà presque 3 mois que l’on ne s’était pas arrêtés dans un port et je compte bien en profiter ! Je salive déjà à l’idée de savourer le rhum de la Baleine saoule ! De toute manière, j’ai rien à dire de plus ici.

Jour 2462 :
Nous avons réussi à faire assaillir le galion que nous suivions depuis la semaine dernière. Le combat n’était vraiment pas simple et nous avons perdus de bons marins mais leurs morts n’est pas vaines ! Les cales de ce navire étaient pleines à raz-bord ! Nos vaisseaux sont tellement chargés que nous voguons à moitié de vitesse mais le sourire de la richesse se lit sur chaque visage de l’équipage. Quant à moi, j’ai découvert une étrange carte dans un des coffrets… Je l’étudierais plus tard…

Jour 3048 :
La terreur des “Trois Marlins” s’étends de jours en jours… Partout où nous passons, nous sommes soit craints, soit acclamés ! Aujourd’hui nous sommes amarrés à Port Salago, le soleil est magnifique, les hommes sont heureux et puis… Il y a cette femme… Une certaine Anne… Elle est danseuse et musicienne à la Baleine saoule… Je crois que ses musiques commencent à me charmer…

Jour 3423 :
J’ai revu Anne aujourd’hui et je l’ai emmenée balader… Nous nous sommes embrassés… Je suis heureux que ça se passe comme ça… Malheureusement, nous partons demain pour de nombreux mois en mer… J’espère qu’elle m’attendra quand même…

Jour 4871 :
Nous devrions arriver demain à Port Salago, je suis pressé d’arriver et de voir les filles. Voilà presque sept mois que je n’ai pas vu Mary et Grace, elle doivent avoir bien grandies…
Sinon, nous sommes chargés à blocs, nos cales débordent d’épices lointaines qu’une grosse Brigantine transportait, normalement nous devrions en tirer un très bon prix !

Jour 5277 :
Nous sommes arrivés à Cheliva, un assez grand port dans une crique montagneuse. Mais ce qui est impressionnant c’est la forteresse qui est cachée dans une des montagnes et dépassant de sa cime. Elle fut initialement bâtie sur les flancs d’une crevasse naturelle puis le temps l’a fait se développer de manière colossale !
Toutefois… En arrivant au port j’ai reçu une lettre arrivée par pigeon voyageur… Elle a été écrite par Mary et m’annonce le décès d’Anne… Elle était prise d’une violente fièvre depuis quelques jours… Et elle l’a emportée… Je ne sais pas trop comment réagir devant mes hommes… Je crois que ce soir, je ne vais pas compter le nombre de tonneau de rhum…

Je t’aimais Anne...

Chapitre IV : Quand le navire doit sombrer, les rats sont les premiers à le quitter

Les Trois Marlins étaient prêt à attaquer… La nuit était tombée depuis quelques heures déjà et tous les pirates étaient sur les ponts, armes en main et rage au coeur.
Voilà déjà quatre jours que les trois navires suivaient un beau galion doré transportant soit disant de la soie et des pierres précieuses.
Seules quelques lanternes se balançaient au vent devenant de plus en plus insistant…
Le silence était présent comme à chaque début d’affrontement…
Le vaisseau de Luna fonçait à vive allure, les marins se tenaient tous aux cordages, se préparants au choc imminent, quant aux navires de Bijlar et d’Hemel, ils arrivaient presque en même temps aux abords du bateau doré, attendant le choc pour aborder.
Mais au lieu de cela… Avant que Le Constellation n’atteigne son but, les fenêtres de la poupe s’ouvrirent et quatre canons tirèrent conjointement quatre énormes boules de feu dévastant le pont et l’équipage… Seuls des cris de désespoirs furent entendus et des corps sautant dans l’eau gelée pour abréger leurs souffrances furent aperçus du fort et puissant Constellation…
En voyant ça, Hemel crispa son visage d’horreur et hurla la retraite à Bijlar.
Malheureusement, certains pirates étaient déjà sur des cordes pour se propulser sur le pont adverse… C’était notamment le cas de sa fille et second… Mary…
Lorsqu’ils sautèrent, six archers sortirent de leurs cachettes et tirèrent sur les cibles volantes, les ratants rarement…. Mary réussit tout de même à empêcher une flèche de l’atteindre d’une parade douteuse de son sabre…
Voyant ses hommes se faire tuer, Hemel rapprocha au maximum son navire de celui du galion pour ne pas les abandonner mais des soldats armés et en armure sortirent par paquet de dix de la cale…
Hemel hurla à Bijlar de s’enfuir tant qu’il était encore temps pendant qu’il résistait aux incessantes et puissantes attaques, usant de son fouet et de sa lame…
Alors qu’il se battait, il vit Mary se faire gravement entailler la joue et la hanche gauche d’un coup de lame courbe.
Ses hommes se battaient comme milles mais ils fatiguaient et sentaient la fin venir… Malgré cela, aucun homme ne faiblit avant de se faire achever d’une lame ou d’une flèche dans la tête. Ses marins l’auront soutenus du début jusqu’à la fin et malgré qu’il sentait ses forces l’abandonner et l’ennemi trop puissant, il était fier de ce qu’il avait fait… Ce que tous avaient faits…
Le Coeur-de-Loup réussit à partir mais il avait subi de très nombreuses pertes aussi et Bijlar s’était reçu une flèche dans l’oeil.
Lorsqu’il ne resta plus que quelques pirates, à bout de souffle à bord du galion, les soldats les arrêtèrent et les mirent en ligne et à genoux.
C’est alors que sorti de sa cabine un homme d’une petite trentaine d’années, très propre sur lui, portant des vêtements blanc et bleu foncés.
C’était donc ça “Les Trois Marlins”... J’avoue être déçu par la légende…
Dis à tes hommes de me lâcher et tu vas voir que mon poing dans ta gueule ça en fera une belle de légende aussi ! Cracha Hemel.
Hum… Aussi courtois qu’on me l’avais dis… J’en oublie mes bonnes manières…
L’homme enleva son tricorne et effectua une révérence.
Je suis le Capitaine Firala. Utile de vous présenter vous par contre, je vous êtes le capitaine Hemel. Dit l’homme en souriant légèrement.
Eh bah… Ca manque de gens dans ton putain de bled pour engager des enfants comme capitaine ! Demande à ta mère de changer ta couche et on en reparlera plus tard gamin !
Hum… Je crains que vous n’ayez pas beaucoup de… pouvoir… pour m’insulter actuellement… Railla-t-il
Tu verras, je vais te faire bouffer ton chapeau, tu regretteras de m’avoir cherché !
Cet homme est lassant… N’est ce pas Thomas ? Se tournant vers Thomas, le quartier-maître d’Hemel.
Oh oui… A longueur de journée… Je n’en peux plus de cet homme non civilisé… Je n’en pouvais plus d’attendre ce soir ! Répondit-il en se faisant libérer.
Thomas ?! Qu’est ce que c’est que cette merde ! Qu’as tu fais ?!
Moi ? Oh… Trois fois rien… J’ai juste prévenu le Capitaine Firala de notre attaque… A part ça… C’est tout… Dit-il en souriant grandement.
Cet homme nous a grandement aidé vous savez ? Voilà des années que les têtes des Trois Marlins sont misent à prix, en fait… Il suffisait juste de trouver le bon bonhomme ! Et puis pour Bijlar… Il n’ira pas bien loin sans son oeil et sans la moitié de son équipage ! Haha ! Bon… Trève de plaisanterie… Il est temps de périr cher Capitaine Hemel. Vous êtes un lâche et n’avez aucun code moral mais vous êtes capitaine et je vais donc vous accorder une faveur. Vous allez mourir avec votre bateau. Non ne me remerciez pas, j’aime être généreux. Termine-t-il d’un grand sourire.
Espèce de fumier de merde Thomas ! Je te hanterai chaque jour de ta vie ! Le kraken viendra et t’écartelera ! Tu ne vivras plus un seul jour sans mon fantôme sur tes épaules ! Rat de cale ! Capon ! Gibier de potence !
Attachez le au grand mât et mettez le feu dans la cale. J’en ai plus qu’assez de l’entendre jurer de cette façon.
Sur ces ordres, les soldats les ont attachés puis mis le feu au bateau grâce aux réserves abondantes d’alcools…
Le navire brûla pendant deux jours et il y eu de la fumée encore semaine après… Certains racontent que c’est la rage d’Hemel qui s’échappait…
La légende des Trois Marlins s’arrêta cette nuit là…
Bijlar arrêta ensuite sa carrière de pirate et s’acheta une maison pour vivre avec une femme sur une île pas trop peuplée…
Le cadavre de Luna a été retrouvé quelques semaines plus tard grandement carbonisé mais reconnaissable par ses restes de cheveux d’un blanc écarlate et ses yeux vairons...
Et jamais plus on entendit parler du capitaine Hemel ni de sa fille Mary… Toutefois… Il semble que Grace est devenue récemment capitaine et ayant une volonté de venger son père et sa soeur… Pillant et détruisant chaque navire passant à côté du sien… Le lotus noir…

Chapitre V : Lorsque l’on ne sait pas vers quel port on navigue, aucun vent n’est le bon

[Extraits du journal de bord du Capitaine Hemel]

Jour … :
Je ne sais pas quel jour nous sommes… Ni combien de temps nous avons été inconscients… Mais nous sommes vivant avec Mary… Elle avait encore un poignard dans sa botte et nous avons pu couper les liens avant que le feu ne nous consume… Traice est mort de suffocation et Victor de noyade… Ses membres étaient trop ouverts et l’eau de mer l’a fait agoniser…
Non sommes sur une île semblant déserte et nous n’avons rien à manger… Mais je donnerai tout ce que j’ai pour survivre et me venger…
Thomas… Je t’attraperai avant la mort… Souviens toi de moi…

Jour 12395 :
Un bateau nous a trouvés… Ils ne savent pas qui nous sommes… Je pense que nous allons disparaître… Mais avant ça… Je dois montrer quelque chose d’important à Mary…

Jour 12528 :
Cette carte trouvée il y a 25 ans renferme toujours son secret pour moi… Depuis que je l’ai trouvée je l’ai toujours gardée sur moi et je compte bien la comprendre maintenant… Je préfère me faire oublier pour le moment…
Mais… Un jour... le Geais Rouge renaîtra de ses cendres…

Jour 13159 :
Je vais prendre un bateau pour un port à plusieurs longs mois d’ici… Mary me rejoindra dans quelques temps…
Port Naga, m’aidera tu dans ma quête… ? Je l’espère…

Jour 13768 :
Apparement les courants sont bons et nous devrions arriver dans 2-3 mois…
Anne… Mary… Grace… Luna… Je ne vous oubli pas…


[Il y a plusieurs pages vides]


Jour 1 :
Je suis arrivé à Port Naga.

Répondre